Le retour du calibre 321 d’Omega

OMEGA a attendu la célébration du 50 ème anniversaire de la mission Apollo 11 pour annoncer le retour très attendu du calibre 321. La maison horlogère a encore frappé fort avec la nouvelle Speedmaster Moonwatch !

Connu pour son allure luxueuse et son design chic, le calibre 321 a été le 1 er mouvement à équiper la Speedmaster en 1957. Ensuite, une large gamme de modèles a suivi. Aujourd’hui, Omega a fait le choix de faire renaître le calibre 321 en gardant toutes ses caractéristiques d’origines. Si vous êtes un grand amateur de la marque, vous avez sans doute entendu parler de ce retour tant attendu. Vous désirez en savoir plus ? Revenons ensemble sur le retour du calibre 321 d’Omega.

Le calibre 321, premier mouvement de la Speedmaster Omega

Au fil des années, le monde de l’horlogerie fut révolutionné par de nombreux mouvements. Bien qu’il ne soit pas le plus innovant, le 321 est l’un des calibres les plus célèbres au monde. Son renom vient de la grande précision qu’il a pu apporter aux astronautes. En effet, la Speedmaster, équipée de ce calibre, eu le privilège d’être la première montre portée par les astronautes de la NASA lors de la fameuse mission Apollo 11, d’où l’appellation Moonwatch.

Rappelons que le calibre constitue le noyau de la montre. Certains mouvements sont très complexes et les plus célèbres peuvent se vendre à des prix pharaoniques. Ce genre de montre, on l’apprécie, on la regarde à travers les vitres d’une boutique, mais peu de gens ont les moyens de s’en offrir. Le calibre 321, comme de nombreuses autres montres de haute horlogerie, devient donc un bijou à part entière.

Toute la réputation dont bénéficie aujourd’hui le calibre 321 lui vient non pas de sa complexité ou de ses principales caractéristiques, mais principalement de son utilisation spatiale et de son histoire. Le calibre 321 est une référence en matière de résistance aux chocs, aux fortes vibrations et aux changements de températures, à la vitesse, etc. Voilà comment il avait réussi à séduire la NASA.

Alors qu’elle se trouvait dans une dynamique de progrès en 1968, la société horlogère suisse Omega décida de se passer du 321 au profit d’un mouvement quartz plus facile à fabriquer et moins cher : le calibre 861. Durant les années qui suivirent, le calibre 321 tomba aux oubliettes… Jusqu’à aujourd’hui !

À cette époque, tout était axé sur l’innovation. Les objets du passé ne bénéficiaient pas d’une grande attention. C’était aussi le cas des montres. Aujourd’hui, les modèles vintages connaissent un succès grandissant et sont très recherchés. Les amateurs cherchent plus à se faire plaisir avec un bijou d’exception qu’à porter une toute nouvelle montre équipée des dernières technologies. Voilà ce qui a donné l’idée à Omega de miser une nouvelle fois sur l’historique calibre 321.

Le 321 a influencé toute une gamme de montres, telle que la ST 105 003 et la ST 105 012. Il constitue le stade évolué du classique 27 CHRO C12. Le premier modèle de ce calibre a vu le jour en 1942, marquant en quelque sorte la parution du 321. Le 27 CHRO C12 est venu pour supplanter le 28,9 et 33,3 CHRO. Il est ainsi devenu le plus minuscule mouvement dont une montre automatique ne soit jamais équipée. Il est doté d’une interchangeabilité incroyable grâce à la société Lemania dirigé par Albert Piguet. Ce dernier confectionnera de nombreux chronographes Omega avant l’apparition du 321 qui a apporté des innovations techniques.

Le calibre 321 a la particularité d’être très solide. En effet, il résiste aux chocs et a été choisi pour équiper la montre Omega Speedmaster. Les montres réf 2998, 2915 et 105.002-62 seront les premiers modèles à être équipés du 321 avant l’apparition d’une deuxième génération en 1964. La référence 105 012 correspond d’ailleurs à la montre qui voyagera dans l’espace.

Découvrez la Speedmaster Moonwatch 321 Platinum

Il faut de tout pour faire d’une montre un bijou d’exception : un design, un boitier, un cadran, des aiguilles et un mouvement. Si les montres d’Omega obtiennent tant de succès, c’est grâce à l’équilibre entre le savoir-faire, les matériaux de qualité et l’histoire qu’ils racontent.

Le modèle Speedmaster fait sans doute partie des montres les plus représentatives de ce qu’est de la haute horlogerie. Porté par les astronautes de lors de la mission sur la lune, ce modèle incarne l’esprit aventurier d’Omega.

Le Speedmaster Moonwatch Platinum est en platine, comme son nom l’indique. Il est également équipé du calibre 321 Omega, gardant toutes les caractéristiques de l’ancien mouvement. Son boitier réalisé à partir d’un mélange d’or et de platine (Pt950Au20) présente une épaisseur de 42 mm. Son fond est en verre saphir rendant visible le calibre. L’esthétique du boitier est directement inspiré de la Speedmaster 4eme génération. Voilà un bijou qui ne laissera pas de marbre les fans de la célèbre manufacture Omega.

Délaisser la modernité au profit de l’émotion

Omega est une marque connue pour son goût particulier de l’innovation. Avec la Speedmaster Moonwatch, la maison rompt avec une longue tradition. En effet, elle décide de remettre sur le marché un modèle identique à un mouvement qui date de 1946, sans aucune évolution.

En dépit du fait que notre époque actuelle est marquée par le progrès technologique et la vitesse de l’information, le choix d’Omega est tout à fait légitime. L’horlogerie est désormais tiraillée entre émotion et modernisme. Chez Omega, plus besoin de trancher, la manufacture a choisi pour vous le calibre 321 : historique, efficace, qualitatif. La marque revient aux fondamentaux.

Le modernisme est incarné par la technologie Smartwatch. Ce que cherche Omega est plutôt l’émotion ressentie avec la réinterprétation des modèles classiques. Sans oublier que le vintage revient en force ces dernières années et que de plus en plus d’amateurs reviennent aux bijoux de haute horlogerie qui ont marqué l’histoire.

Pour certains, la réapparition du 321 peut susciter plusieurs questions : n’assistons-nous pas à la fin de l’innovation ? Est-ce un aveu d’échec ? Les partisans d’une horlogerie futuriste ne trouveront pas ce retour comme quelque chose de positif. Rien de nouveau, tout est parfaitement identique au modèle ancien. Mais pour Omega, ce choix de remettre le calibre 321 sur le devant de la scène est simplement une manière de retourner aux fondamentaux et de miser sur un calibre qui a fait ses preuves.

Les bijoux Omega ont assuré le chronométrage de plusieurs éditions des Jeux olympiques. Ils ont accompagné les astronautes dans l’espace. Toutes les montres élégantes fabriquées par la marque sont aujourd’hui portées par des stars internationales. Bref, Omega n’a rien à prouver.

La marque suisse joue sur deux facettes : tantôt elle innove, tantôt elle revient sur un classique. Ce n’est pas la première manufacture a relancé un modèle historique et ce ne sera sûrement pas la dernière.

Pourquoi Omega mise sur le calibre 321

Le calibre 321 a beaucoup marqué l’histoire de l’horlogerie de manière générale. Pour cette revisite, la marque a su garder son design d’origine et ses caractéristiques tant appréciées.

Pour le retour de ce mouvement de renom, Omega a créé une équipe de professionnels qui a travaillé pendant près de deux ans, dans le plus grand secret, sur ce projet de réédition du calibre 321.

L’équipe regroupait des ingénieurs, de chercheurs, des artisans et des historiens les plus brillants de leur domaine. Pour garder ce projet confidentiel, ce groupe d’experts a emprunté le nom de groupe « Alaska 11 ».

De longues études et recherches ont été menées par Omega pour refaire le mouvement automatique de la manière la plus précise possible. L’équipe a même utilisé la tomographie afin de mieux visualiser l’intérieur du ST 105 003 qu’un astronaute de l’équipe d’Armstrong a porté lors des missions spatiales en 1972.

Le président de la maison d’horlogerie suisse, Raynald Aeschlimann, a déclaré : « L’enthousiasme qu’a créé le Calibre 321 est étonnant. La confection du dernier 321 date de 1968 et depuis lors, les admirateurs en parlent toujours. Cela en dit très long sur son caractère spécial. Omega est ravi d’être capable de répondre à leurs attentes et d’avoir tout fait pour faire renaitre le mouvement. »

Désormais, les mouvements seront fabriqués à Bienne, au siège de la marque. La fabrication se fera dans un atelier spécialement conçu pour la confection du calibre 321. Afin de garantir un bijou d’exception, un seul horloger se chargera de l’assemblage de chaque mouvement et de chaque montre mécanique. Ainsi, le savoir-faire de la manufacture de haute horlogerie continuera d’être mis en avant.

Êtes-vous prêt à succomber à cette réédition du calibre 321 d’Omega ?